Entre individualisme et mondialisation : comment faire encore société ?

Temps de lec­ture : 2 minutes

Penser l’économie à par­tir du capi­ta­lisme ou de l’économie de mar­ché a des consé­quences très dif­fé­rentes, en par­ti­cu­lier en matière de poli­tique économique

Très sou­vent, les concepts de ” capi­ta­lisme ” et ” d’économie de mar­ché ” sont pré­sen­tés comme des syno­nymes. La plu­part des éco­no­mistes centrent d’ailleurs leurs ana­lyses à par­tir de l’économie de mar­ché et délaissent le concept de capi­ta­lisme. Or pen­ser l’économie à par­tir du capi­ta­lisme ou de l’économie de mar­ché a des consé­quences très dif­fé­rentes, par exemple en matière de poli­tique économique.

Ce que désigne penser l’économie à partir du capitalisme 

Penser l’économie à par­tir du capi­ta­lisme désigne au moins deux choses : d’abord, obser­ver et ana­ly­ser la manière par laquelle les acteurs éco­no­miques accu­mulent le capi­tal, en posant les ques­tions : Qui accu­mule ce capi­tal ? Sous quelle forme ? Avec l’aide de quelles forces sociales ? Ensuite, obser­ver et ana­ly­ser les rap­ports struc­tu­rel­le­ment inégaux entre dif­fé­rentes caté­go­ries d’acteurs éco­no­miques. En par­ti­cu­lier, entre ceux qui, pré­ci­sé­ment, pos­sèdent de manière pri­vée le capi­tal (les moyens de pro­duc­tion et l’argent pour inves­tir), et des sala­riés qui sont lar­ge­ment subor­don­nés aux règles de ce rap­port de pro­prié­té du capital.

L’économie de mar­ché peut dési­gner, quant à elle, une mul­ti­tude de choses. Par exemple, les mar­chés de petits pro­duc­teurs locaux obéissent à d’autres règles que celles des mar­chés finan­ciers. Mais les éco­no­mistes qui pensent l’économie à par­tir du mar­ché partent d’une situa­tion tota­le­ment idéa­li­sée dans laquelle les indi­vi­dus – qu’ils soient pro­duc­teurs ou consom­ma­teurs – échan­ge­raient libre­ment, dans un cadre éga­li­taire et mutuel­le­ment pro­fi­table : avec d’un côté, les pro­duc­teurs s’assurant un pro­fit, et de l’autre, les consom­ma­teurs aug­men­tant leur bien-être par la consommation.

Vaut-il mieux penser l’économie par le capitalisme ou par l’économie de marché ? 

Une manière de répondre à cette ques­tion consiste à se deman­der si les pro­blèmes concrets aux­quels les socié­tés font face, en par­ti­cu­lier les inéga­li­tés sociales, les crises finan­cières ou encore le réchauf­fe­ment cli­ma­tique peuvent être pen­sés dans le cadre de l’économie de mar­ché, ou s’ils doivent être consi­dé­rés comme des pro­blèmes concrets du capitalisme.

Dans la pers­pec­tive de l’économie de mar­ché, ces grands pro­blèmes seront consi­dé­rés comme de simples dys­fonc­tion­ne­ments. Et leur réso­lu­tion sera pen­sée à par­tir des méca­nismes de marché (…) 

Partagez :
Pub…